La mode et les robes vintage dans les années 1940

699

La mode en Grande-Bretagne a bien sûr été fortement influencée par la Seconde Guerre mondiale, qui a éclaté en août 1939 et a duré jusqu’en 1945, même si le rationnement des vêtements n’a pris fin que dans les années 1950, avec la fin du rationnement des vêtements en 1954.

A lire également : Relooking homme : les différents styles possibles

À certains égards, les changements que les femmes ont dû apporter à leur façon de s’habiller ont été difficiles, mais à d’autres égards, elles ont bénéficié d’une liberté et d’une créativité qu’elles n’avaient jamais connues auparavant. Les chapeaux, les gants et même les bas n’étaient plus obligatoires, et les restrictions sur les tissus ont définitivement changé la façon dont les vêtements féminins étaient confectionnés et décorés, ce qui a donné lieu à une mode beaucoup plus simple et rationalisée.

A voir aussi : Les tendances mode incontournables de cette saison

La mode vintage féminine des années 1940 : Inchangée pour certains 

Pour certaines catégories de la société, la guerre n’a rien changé. Certaines personnes très riches n’ont pas pu se rendre deux fois par an à Paris pour acheter des vêtements de haute couture, et d’autres personnes riches n’ont peut-être pas pu aller voir ce qui était à la mode à Paris et demander à leurs couturiers d’en faire des copies, mais leurs garde-robes étaient si bien garnies qu’elles n’auraient pas manqué de vêtements et le rationnement ne les a peut-être pas affectées du tout. S’ils voulaient suivre les changements et la mode des années 1940, ils demandaient à leur couturière de modifier les vêtements qu’ils portaient déjà.

De même, les personnes très pauvres n’étaient évidemment pas du tout gênées par le fait qu’il n’y avait pas de nouveaux styles à Paris, et le rationnement ne les affectait pas dans la mesure où elles n’avaient de toute façon pas les moyens de s’acheter de nouveaux vêtements.

La mode parisienne des années 1940

Fait controversé, la roue de la mode parisienne des années 1940 a continué à tourner pendant la Seconde Guerre mondiale. Alors que la France était sous occupation allemande, le président de la Chambre syndicale de la haute couture, Lucien Lelong, s’est battu avec les nazis pour maintenir l’industrie de la mode en vie, afin, disait-il, de préserver les emplois et d’éviter que les personnes concernées ne soient envoyées dans des travaux de guerre potentiellement dangereux, pour le  compte des Allemands.

De nombreuses maisons de couture des années 1940 ont fermé leurs portes, dans l’espoir que cela ne durerait que le temps de la guerre, mais elles ont été contraintes de rouvrir sous la menace d’être considérées comme désaffectées et prises en charge par l’État allemand. Seuls les clients des pays neutres, ceux qui avaient pris le parti de l’Allemagne ou, bien sûr, les Allemands pouvaient acheter la mode parisienne des années 1940 ou même se rendre en France, de sorte que les clients britanniques n’avaient naturellement aucune idée de ce qui se passait.

 Les maisons de mode des années 40

La couture parisienne continue de produire deux fois par an ses collections de mode des années 1940. L’aspect le plus controversé est l’idée que ces couturiers habillent l’ennemi : ils se penchent vers la femme d’un officier nazi, la bouche pleine d’épingles, et déclarent qu’elle est glorieuse dans ses soies parisiennes, alors que les femmes françaises sont désormais en haillons, et n’ont pas le luxe d’arborer des belles robes vintage années 40 que certaines classes privilégiées peuvent s’offrir.

Pire encore, ils habillaient les Français qui collaboraient avec l’ennemi – certains qualifiaient Lucien Lelong de collaborateur. Bien entendu, il était inconcevable de consacrer de grandes ressources à de telles fantaisies pour juste s’habiller, surtout dans des pays comme l’Angleterre, qui avaient réduit autant que possible leur production à simplement de la nourriture et des armements.

la Défiance avec la mode 

Certains couturiers se sont conformés aux règles allemandes tout en leur faisant un bras d’honneur – Madame Gres a eu à plusieurs reprises des ennuis avec les autorités allemandes pour avoir, par exemple, conçu des collections de mode des années 1940 en rouge, blanc et bleu, les couleurs du drapeau français.

Coco Chanel n’a jamais habillé les femmes d’officiers allemands, mais a passé toute la guerre enfermée au Ritz avec son amant, un officier allemand.

En temps de guerre, les femmes françaises avaient une attitude différente vis-à-vis de la guerre et des vêtements. Alors que les femmes britanniques étaient encouragées à faire preuve de patriotisme en renonçant à la mode et en faisant de grands sacrifices vestimentaires, les femmes françaises montraient leur patriotisme en défiant leurs vainqueurs et en portant la mode la plus extrême possible, avec des chapeaux immenses et hauts, des talons hauts peu pratiques et des quantités extravagantes de tissu utilisé pour les robes vintage d’époque.

Lorsque la mode parisienne reprend ses droits en 1945, après la libération de la France, les couturiers présentent ces pièces décadentes dans leurs collections, mais elles sont rejetées par la presse spécialisée dans la mode, car la plupart des autres pays du monde sont encore soumis à l’austérité.

La collection « Corolla » de Christian Dior en 1947, surnommée « The New Look », avec une jupe très ample, bien que remarquée rétrospectivement pour sa liberté d’utilisation des tissus, était en fait une mode atténuée par rapport à ce que Paris avait proposé en 1945.

Des vêtements utilitaires colorés dans la mode des années 1940

En fait, les vêtements utilitaires n’étaient pas des uniformes gris et ternes, mais des robes tout aussi colorées que la mode habituelle des années 1940, et parfois de meilleure qualité. L’idée générale était d’économiser du tissu, ce qui a été fait en supprimant les détails supplémentaires tels que les rabats de poche et les volants, et en rendant les jupes un peu plus courtes et plus serrées.

Les motifs imprimés que les femmes appréciaient sont toujours présents, mais l’échelle est plus petite pour faciliter l’assortiment. Les vêtements utilitaires ont été introduits dans tous les articles des années 1940, y compris les robes vintage année 40, les manteaux et les sous-vêtements, les vêtements pour enfants et bébés et les vêtements pour hommes.

Le gouvernement s’est attaché à ce que le résultat final soit de bonne qualité, et dans certains cas où les gens avaient été habitués à s’habiller avec des vêtements de seconde main ou des vêtements d’occasion, la robe utilitaire d’une petite fille était la plus belle chose qu’elle ait jamais possédée.