Combien pèse une Moto GP ?

1094

Créer en 1949 par La FIM (fédération International de motocyclisme), moto GP est un format de vitesse de moto sur circuit qui rassemble chaque année les meilleurs pilotes du monde. C’est la catégorie ultime du championnat du monde qui se déroule de mars à novembre. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle elle dénommé Moto GP. En effet, GP signifie Grand Prix, car il s’agit d’une dénomination connue dans le monde auto-moto. En moto GP, l’une des questions qui reviennent fréquemment est relative au poids des motos utilisé pendant le championnat. Découvrez dans cet article des réponses relatives à cette dernière.

Quel est le poids d’une moto GP ?

En moto GP, toutes les caractéristiques relatives à la moto utilisée lors du circuit sont régulées par la FIM. Elle demande à ce que le poids minimum de ces motos soit supérieur ou égal à 157 kilogrammes. Ce poids est principalement contrôlé après les essais ou après la course. Noté, que la moto est pesée comme il a parcouru la piste, carburant, huile, autres liquides ainsi que les autres équipements supplémentaires. Au nombre de ces derniers, on distingue le transporteur qui est utilisé pour l’indication du chrono et les caméras pour les émissions de télévision.

A voir aussi : 7 activités pour s'amuser à la maison en famille

Comme vous pouvez le remarquer, tous ces éléments sont pris en compte. Toutefois, tous les constructeurs dépassent les légèrement le poids minimum. Bien entendu, les chiffres exacts ne sont pas révélés. Bien qu’il y a une différence dans le poids du conducteur et le poids de la moto, il n’y a pas de poids total combiné dans la catégorie moto GP. Ce qui n’est pas le cas dans les autres catégories. Par exemple, dans la catégorie moto2 (celle qui vient avant moto GP) il y a un poids minimum combiné pilote et moto. Il est estimé à 217 kilogrammes. Il est de même pour la classe moto3 qui est de 152 kilogrammes sur la balance.

Qu’elle est l’importance du poids en moto GP ?

Au cours de la course de moto GP, le poids joue un rôle essentiel dans la performance de la moto, car elle doit accélérer et freiner. Aussi, le pilote doit la poser dans les virages et la remettre en ligne ou doit pouvoir changer de manière efficace les directions dans des combinaisons de courbe serrées. Par conséquent, plus la moto est facile à mener, plus il est facile pour le pilote de jouer à la limite. Le poids représente alors une des caractéristiques les plus importantes en moto. Plus la moto est légère, plus elle ira vite.

A voir aussi : Guide ultime pour organiser une fête à thème mémorable chez vous

Dans le cas contraire, plus elle est lourde, plus elle aura besoin de puissance. Plus précisément, le poids permet de mieux optimiser son adhérence sur les circuits. Surtout dans les virages. En effet, un véhicule qui va très vite sera difficile à piloter. C’est pour cette raison que d’après les experts du domaine, le poids permet de corriger les tirs et de contrôler la puissance de la moto. C’est pour cette raison qu’une réglementation est de mise en compétition pour que tous les pilotes soient sur le même pied d’égalité. Mais cette réglementation semble agacé certains pilotes.

Le poids, représente-t-il un handicap pour les pilotes MotoGP ?

En moto GP, le débat autour du poids minimum autorisé revient souvent. Elle a été relancée la dernière fois par le pilote italien VR46 Ducati Marini. En effet, ce dernier à expliquer au média comment son poids le pénalise. Il souhaite que le poids soit pris en compte comme en moto1 et en moto2 qui combinent à la fois le poids du pilote et le poids de la moto.

La norme de poids pris actuellement en compte en motoGP n’est pas du tout avantageux pour les pilotes présentant les poids les plus élevés. Un pilote plus lourd à une incidence sur le poids de la moto et notamment les pneus. Alors il serait préférable que tout le monde ai un poids minimum. Actuellement, le poids moyen des pilotes de la grille (chiffre de 2022), est de 63,4 kg. Les pilotes les plus pénalisés sont : Takaaki Nakagami (70 kg), Remi Gardener (72 kg) et Alex Rins (72 kg). Le plus favorisé est Marco Bezzecchi (63,4 kg).

Comment les ingénieurs réduisent-ils le poids des motos GP ?

Afin de réduire le poids des motos GP, les ingénieurs ont recours à plusieurs méthodes. La première consiste à utiliser des matériaux légers et résistants tels que la fibre de carbone ou l’aluminium. Effectivement, ces matériaux sont plus légers que l’acier tout en étant aussi solides voire plus.

Une autre méthode pour alléger le poids de la moto est d’utiliser des pièces détachées compactées avec un matériau composite qui combine deux propriétés différentes : légèreté et robustesse. Cette technique permet aux fabricants de gagner quelques précieux kilogrammes sur chaque élément utilisé dans la construction du modèle.

Les ingénieurs peuvent aussi avoir recours au design aérodynamique afin de minimiser la résistance au vent. Des formules mathématiques complexes sont utilisées pour créer un profil optimal qui aura un impact significatif sur les performances globales du véhicule.

Il est possible d’optimiser le positionnement des différents composants pour équilibrer parfaitement le centre de gravité et garantir ainsi une meilleure maniabilité lorsqu’on conduit à haute vitesse. Cela peut se faire, par exemple, en plaçant les batteries sous forme de cellules plates, entre autres astuces similaires.

Cette course incessante visant à gagner chaque gramme supplémentaire peut s’avérer coûteuse, puisque cela implique généralement d’utiliser des technologies avancées coûteuses (comme celles utilisées dans l’aérospatiale). Ce qui explique aussi pourquoi certains pilotes privilégient leur santé plutôt qu’un gain hypothétique grâce à une perte pondérale importante.

Les stratégies des pilotes pour gérer le poids de leur moto en course

Malgré les efforts des ingénieurs pour alléger le poids de la moto, les pilotes MotoGP doivent encore faire face à un certain handicap dû au poids. Pour compenser cela, ils ont élaboré différentes stratégies qui leur permettent de mieux gérer cette contrainte en course.

L’une des premières étapes consiste à adapter l’alimentation. Les pilotes doivent être très vigilants sur leur consommation alimentaire afin de maintenir leur poids idéal. Muscles et os ne peuvent pas perdre trop de masse sans impact négatif sur la performance physique globale du sportif. Le choix des aliments est crucial : il doit être riche en protéines tout en ayant une teneur faible ou modérée en graisses.

Les pilotes recourent aussi à une pratique commune chez les athlètes professionnels : la déshydratation ponctuelle. Cette technique consiste à réduire considérablement leur consommation d’eau avant un événement sportif important comme une course par exemple. Si cette méthode peut se révéler efficace dans l’immédiat, elle est clairement dangereuse pour la santé et ne doit jamais être utilisée régulièrement ou fréquemment.

Certains coureurs choisissent simplement d’augmenter leur charge pondérale totale plutôt que de perdre du poids. Cela signifie qu’ils privilégient un gain musculaire (une masse maigre) plutôt que chercher uniquement à mincir. Cette solution comporte cependant ses propres risques puisque plus vous êtes gros, plus vous devez fournir d’efforts pour bouger et cela peut aussi impacter les performances.

En somme, le poids est un élément crucial à prendre en compte chez tout pilote de motos GP. Les ingénieurs ont déjà effectué des progrès significatifs dans la fabrication des modèles allégés tandis que les coureurs eux-mêmes doivent continuer de trouver leur propre équilibre entre une bonne condition physique et la nécessité de rester sous le poids limite autorisé par l’organisation.