Les types de maladies oculaires

1185

L’oeil est l’organe non vital le plus important chez l’homme. Il lui permettent notamment de bénéficier de la vue. De la même manière qu’ils sont utiles, ils sont aussi très fragiles. En effet, il existe plusieurs maladies oculaires qui peuvent toucher ces structures anatomiques (rétine, nerf optique, etc.). Découvrez ici les plus courants.

La sécheresse oculaire

C’est l’une des affections ophtalmologiques les plus fréquentes. Elle touche souvent les personnes âgées. C’est une maladie inflammatoire chronique de la surface oculaire qui peut être fluctuante. La sécheresse oculaire survient en cas d’altération de la qualité du film lacrymal, ce qui provoque une production réduite de larme et une évaporation accrue.

A lire aussi : Les laboratoires de biologie médicale incontournables en Savoie

Le symptôme le plus caractéristique de cette maladie est la sensation de sable ou de corps étrangers. Elle présente plusieurs autres symptômes comme des sensations de brûlures, de démangeaisons, troubles visuels et des difficultés à lire. Cette maladie ne dispose pas d’un traitement spécifique. Mais lorsqu’elle est remarquée, il est recommandé de boire suffisamment et d’avoir une alimentation saine et surtout riche en oméga-3.

Le glaucome

C’est une affection chronique dans laquelle le nerf optique est endommagé. Cette maladie est incurable. Chez les personnes de plus de 60 ans, le glaucome est l’une des premières causes de cécité. Par ailleurs, elle peut toucher tout le monde. Même les enfants. Cette maladie reste asymptomatique pendant longtemps. En effet, l’affection oculaire est constatée tardivement car la perte de vision centrale ne survient qu’à un stade avancé. La perte de vision et la lésion du nerf optique cela entraîne est irréversible. Toutefois, si le glaucome est constaté à un stade précoce, il peut être traité et stabilisé efficacement pendant plusieurs dizaines d’années. Ainsi, le patient pourrait éviter la cécité.

A lire en complément : Nombre de pas pour parcourir 1km

La cataracte

C’est une opacification progressive du cristallin. À l’échelle mondiale, c’est la maladie la plus fréquente. Elle survient généralement chez les personnes âgées de plus de 60 ans. Mais elle peut apparaître tôt ou être congénitale. Elle se remarque par une baisse progressive de la vision. Au fil des années, la vision devient de plus en plus floue et la perception des contrastes est altérée. Capable de toucher les deux yeux ou un seul, elle peut entraîner la cécité si elle n’est pas traitée. Pour être à l’abri de cette maladie, protégez vos yeux contre les rayons UV, évitez de fumer. Si vous exercez un travail qui menace vos yeux, vous devez porter des lunettes de protection. Enfin, pour protéger le fœtus, les femmes doivent se faire vacciner contre la rubéole et la rougeole pendant la grossesse.

La dégénérescence maculaire liée à l’âge

La dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) est une maladie de l’œil qui touche la rétine. Elle est caractérisée par une altération progressive de la vision centrale, ce qui peut entraîner des difficultés pour lire ou reconnaître les visages. Elle survient généralement chez les personnes âgées de plus de 50 ans et peut affecter un ou les deux yeux. Les causes exactes de cette maladie ne sont pas encore bien connues, mais on sait que certains facteurs favorisent son apparition comme le tabagisme et l’hypertension artérielle.

Il existe deux types de DMLA : sèche et humide. La forme sèche représente environ 90% des cas et se manifeste par des dépôts jaunâtres appelés drusen sous la rétine, ce qui provoque une détérioration progressive du tissu nerveux. Cette forme évolue lentement sur plusieurs années.

La forme humide, quant à elle, représente environ 10% des cas, mais est responsable d’une perte significative rapide de la vision car elle résulte d’une croissance anormale des vaisseaux sanguins dans la zone centrale appelée macula. Ces vaisseaux fragiles fuient souvent du sang ou du liquide, créant un œdème pouvant endommager rapidement les tissus adjacents.

Bien qu’il n’y ait pas encore de découvertes miracles pour prévenir ou guérir complètement cette terrible pathologie oculaire, il existe heureusement un certain nombre d’options thérapeutiques permettant aux patients atteints d’améliorer leur qualité de vie ainsi que leur acuité visuelle. Ces options comprennent des traitements par injection, une assistance visuelle et un suivi ophtalmologique régulier pour détecter la maladie dès les premiers stades de développement.

En plus de cela, vous devez maintenir une alimentation équilibrée en antioxydants tels que ceux trouvés dans les légumes verts feuillus comme le chou frisé et autres aliments riches en oméga-3 comme le saumon ou les noix. Le meilleur conseil reste toutefois d’éviter totalement l’usage du tabac qui peut grandement accélérer la progression de cette pathologie.

La conjonctivite

La conjonctivite est une maladie oculaire courante qui se caractérise par une inflammation de la membrane transparente et superficielle recouvrant le globe oculaire et l’intérieur des paupières. Les symptômes peuvent inclure des rougeurs, un larmoiement excessif, des démangeaisons et un gonflement autour de l’œil.

Il existe différents types de conjonctivites : virales, bactériennes ou allergiques. La forme virale est souvent associée à d’autres virus comme ceux responsables du rhume ou de la grippe. Elle se transmet facilement d’une personne à l’autre par contact direct avec les mains contaminées ou les sécrétions oculaires.

La forme bactérienne peut être causée par plusieurs types de bactéries différentes, mais elle se manifeste généralement dans un œil seulement avant de s’étendre au second si elle n’est pas traitée rapidement. Cette infection peut aussi être transmise par contact physique avec une personne infectée ou en utilisant des objets partagés tels que des serviettes ou du maquillage.

Quant aux conjonctivites allergiques, elles sont dues à une réaction allergique aux pollens, acariens, animaux domestiques, etc. Ce type ne représente pas un risque pour autrui car il n’est pas contagieux, mais il reste très gênant pour le patient atteint.

Le traitement dépendra du type de cause sous-jacente ainsi que du niveau d’inconfort ressenti par le patient. Les médicaments antihistaminiques oraux peuvent soulager les symptômes associés aux allergies, tandis que les gouttes oculaires antiseptiques et antibiotiques sont souvent utilisées pour traiter les infections bactériennes. Les formules à usage topique peuvent aussi aider à réduire l’inflammation, ce qui peut soulager les symptômes.

Les patients atteints de conjonctivite doivent éviter de toucher leurs yeux avec des mains sales, se laver fréquemment les mains et éviter le partage d’objets personnels tels que des serviettes ou des ustensiles en communauté. Il est recommandé de consulter un ophtalmologiste dès que vous soupçonnez une infection ou si vos symptômes persistent malgré l’utilisation de médicaments appropriés.

La prévention reste la meilleure stratégie face aux différents types de conjonctivites : se tenir éloigné des personnes infectées, éviter tout contact physique direct avec une personne infectée, ainsi qu’une bonne hygiène quotidienne.